Restauration de la tour Saint-Jean du château de Bourmont

Château de Bourmont

Faire un don

2% financés
  • 510€ Récoltés
  • 28.670€ Objectif
  • 191.134,17€ Montant total des travaux

Tour Saint-Jean du Château de Bourmont

PRÉSENTATION

La tour Saint-Jean du château de Bourmont, situé à Freigné (désormais en Loire-Atlantique) est un beau témoignage de ce que fut ce château à la fin du Moyen-Age, en tant que forteresse française face aux frontières du duché de Bretagne lorsqu’il fut construit aux XIVe et XVe siècles.

Cette demeure familiale, inscrite au titre des Monuments Historiques depuis 1993, présente un ensemble architectural pittoresque, constitué d’un système de défense médiéval comportant une double enceinte de douves sèches, trois tours du XVème siècle dont la tour St Jean et un intéressant châtelet d’entrée remanié au XIXème siècle par l’architecte Bibard (1885). D’importants travaux commandités au début du XVIIIème siècle par Marie-Henry de Ghaisne, Mousquetaire du roi Louis XIV et Marie-Hélène Maillé de La Tour-Landry – qui apporte la terre de Bourmont en dot en 1697- transforment profondément le lieu. De cette époque subsistent deux élégants communs, formant un ensemble harmonieux en avant du châtelet, ouvert par une grille d’honneur et prolongé par une allée cavalière en perspective avec grille, saut du loup et pavillons. On peut aussi admirer un portail de service de style classique en tuffeau armorié ainsi qu’une orangerie dans son potager. En raison du décès prématuré de son commanditaire en 1710, la demeure classique, dont on a conservé les plans, n’a, en revanche, jamais été édifiée. Le logis, resté en l’état, brûle de nombreuses fois pendant la période révolutionnaire et sera reconstruit en 1892 par l’architecte nantais Le Diberder.

Ce lieu, théâtre d’importants combats de la chouannerie – où réside l’état-major du général de Scépeaux en 1795 – fut aussi la demeure du maréchal de Bourmont (1773-1846) qui repose dans la chapelle familiale. Un important fond d’archives privées a été classé en 2013 au titre d’archives nationales en raison de son intérêt historique de premier ordre pendant la Révolution, l’Empire, la Restauration et la « deuxième Vendée ». La 25ème génération, Amaury et Servane de Bourmont avec leurs enfants, reprend aujourd’hui le flambeau de cette histoire familiale pour sauvegarder la tour St Jean, témoignage important de l’architecture militaire du lieu.

Tour Saint-Jean

SAUVEGARDE DE LA TOUR SAINT-JEAN

Tour St Jean, état actuel. D’importantes fissures lézardent la façade Nord.

Tour St Jean, état actuel.
D’importantes fissures lézardent la façade Nord.

Tour St Jean, état actuel, Façade ouest, effondrée et envahie par la végétation.

Tour St Jean, état actuel,
Façade ouest, effondrée et envahie par la végétation.

Cette tour, au sud-ouest de l’enceinte médiévale, fut restaurée et réaménagée au milieu du XIXe siècle, avec la création de pièces carrées, de grandes fenêtres et la recréation d’un chemin de ronde avec mâchicoulis et crénelages entourant une toiture centrale sans doute en ardoises. Le plan de la tour est constitué d’une tour circulaire adossée à une tour de plan rectangulaire. Il y a environ une quarantaine d’année, suite aux usures du temps et des intempéries, environ le quart de l’ensemble de la tour s’est effondrée sur elle-même de par l’effondrement de la toiture, entraînant, avec elle, l’ensemble des planchers en bois et la moitié occidentale des murs de la tour circulaire depuis le niveau du chemin de ronde jusqu’au niveau inférieur situé au niveau des douves, sous la terrasse du château. Depuis, cette tour est inutilisable et inaccessible de par le monticule de gravats de moellons de schistes et de tuffeaux, qui est resté instable et envahi par les ronces à l’intérieur et sur le flanc ouest de la tour dans les douves. Lors de cet effondrement, les armoiries, en pierre des Rairies du XVIe siècle, de François de Maillé de la Tour-Landry et de Diane de Rohan se sont retrouvées à terre dans les douves et ont pu être récupérées pour être mises à l’abri.

Les travaux proposés visent à la sauvegarde de l’ensemble en place de la tour, suivant le principe de la « cristallisation » de l’ensemble afin de conserver ce témoignage historique et architectural. Les urgences sont de stabiliser l’ensemble des maçonneries, car des fissures importantes sont apparues ces dernières années, fissures verticales indiquant des mouvements perceptibles des murs vers les douves. Ces fissures sont axées principalement sur les points faibles que sont les portes, les fenêtres et les mâchicoulis du chemin de ronde. Aussi, si rien n’est fait pour la sauvegarde, l’effondrement de la tour vers les douves et vers la terrasse du château va se poursuivre inexorablement, mettant à terre l’ensemble de la tour. Il s’agit, donc, de protéger par le haut et d’empêcher toutes les entrées d’eau dans les maçonneries des schistes par des arases étanches et des feuilles de plomb (crénelage, chemin de ronde, ébrasement des baies, appuis horizontaux des baies). Il s’agit aussi de refermer toutes les fissures, de remailler celles-ci et de conforter l’intérieur des murs périphériques par la mise en place de coulis de chaux hydraulique naturel pour retrouver une cohésion et une densité suffisantes. Il faut, aussi, recaler les linteaux des baies, suite aux tassements et déformations dues aux fissures verticales, par des remises en place des linteaux appareillés en tuffeau et par les blocages des tas de charge des maçonneries de schistes. Enfin, il faut protéger les parois verticales des murs de la tour par des reprises d’enduits intérieurs par des panneaux de dégrossi à la chaux aérienne, et de rejointoyer les schistes devenus apparents par les intempéries, et de rejointoyer les schistes des arrachements des murs (arrachements dus à l’effondrement). Ces travaux demandent une méthodologie d’intervention, avec une sécurisation des conditions d’accès et d’intervention :

En maçonnerie-pierre de taille :

  • En solution de base : La sauvegarde de la tour St Jean, avec déblaiement des gravois, terrassements, mise en sécurité du chantier, étaiements, installation d’une nacelle, échafaudages, arrachages des végétations, déposes des parties instables, réalisation de chapes étanches, reprises des maçonneries avec injections de coulis de chaux et remaillages de maçonneries, rejointoiements, reprises d’enduits intérieurs et extérieurs, recalage des baies en pierres de tuffeau.
    Total : 142 703,26 € TTC
  • En option : Le remplacement des pierres de taille de tuffeau abîmées en parties hautes (mâchicoulis, crénelage) et pour les baies.
    Total : 47 287,02 € TTC

En couverture-zinguerie :

  • En solution de base : La mise en place de feuilles de plomb sur tasseaux sur toutes les parties horizontales exposées : crénelage, chemin de ronde, ébrasement des baies, encorbellements, appuis horizontaux des baies.
    Total : 31 055,08 € TTC- Montant total des travaux avec la solution de base :
    Total : 173 758,34 € TTC
    – Honoraires d’architecte à 10% : 17 375,83 € TTC
    Total : 191 134,17 € TTC
    – Montant total des travaux avec l’option des pierres de taille :
    Total : 221 045,36 € TTC
    – Honoraires d’architecte à 10% 22 104,53€ TTC
    Total : 243 149,89 € TTC

 

Faire un don

Entrez le montant du don

Faire un don

Partager la campagne

Spread the word about this campaign by sharing this widget. Copy the snippet of HTML code below and paste it on your blog, website or anywhere else on the web.

Code à copier

<iframe src="https://mecenatmh.fr/campaigns/tour-saint-jean-du-chateau-de-bourmont/?widget=1" width="275px" height="480px" frameborder="0" scrolling="no" /></iframe>