Restauration de la toiture l’abbaye Notre-Dame de la Clarté-Dieu et du porche d’entrée nord

chantier 024

Faire un don

0% financés
  • 100€ Récoltés
  • 20.394€ Objectif
  • 58 337,18 Montant total des travaux
Temps restant pour donner

Abbaye Notre-Dame de la Clarté-Dieu

L’Abbaye de la Clarté Dieu est un site classé MH depuis 2011, se trouvant à proximité d’un marais, dans  une vallée boisée en pleine nature, ouvert au public toute l’année pour des visites libres ou guidées.

Aujourd’hui, deux associations agissent pour la promotion et la sauvegarde du site : Les Amis de la Clarté Dieu, qui anime le festival de musique classique depuis 11ans, et l’association les Clartés Musicales grâce à qui le festival de Jazz et musique du Monde a vu le jour depuis 2 ans.

Historique de l’abbaye Notre-Dame de la Clarté-Dieu

L’abbaye de La Clarté-Dieu fut fondée en 1239 grâce à un legs de 3000 Ecus que fit Pierre des Roches, évêque de Winchester, à l’ordre de Cîteaux. La vente fut ratifiée cette même année par Jehan d’Alluyes, seigneur de Saint Christophe, et sa fondation autorisée par l’archevêque de Tours.

Douze religieux et trois convers prirent possession de l’abbaye le 22 juillet 1240 sous l’autorité de Renaud, premier abbé. L’abbaye fut placée dans la filiation directe de Cîteaux et approuvée par le roi Saint Louis en 1248.

Après de longues années de prospérité, elle fut pillée et incendiée par Amaury de Trôo, capitaine de Château du Loir, durant la guerre de Cent Ans (1364). L’institution de la Commende au XVIème siècle, puis le grand ouragan de 1755 n’améliorèrent guère la situation et l’état des bâtiments se dégrada au fil des siècles.

La révolution française provoqua la ruine définitive de l’abbaye. Déclarée bien national, elle fut vendue en 1791 et démontée en grande partie, puis cédée à Monsieur de Sarcé, maire de Saint-Paterne, en 1816.

Les bâtiments restants ont ensuite longtemps servi à une exploitation agricole.

CIMG1141

Description du site

Par leur installation dans des sites sauvages et inhospitaliers, les Cisterciens ont voulu retrouver le sens du monachisme primitif. Le choix de ce site, isolé, entouré de marais, s’inscrit dans cette tradition. Les bâtiments subsistants se conforment au plan dit « bernardin », plan type de toutes les abbayes cisterciennes, fixé par Saint Bernard, abbé de Clairvaux (1135-1145). Des nombreux vestiges conservés ainsi que l’aile occidentale et un bâtiment du XVIIIe siècle, élevé pour les moines présentent un ensemble singulier qui s’inscrit aujourd’hui dans un site non dénaturé.

L’abbaye était entourée d’un mur d’enceinte de 300 toises (environ 600 mètres) élevé après le pillage de 1364. Les quelques vestiges du mur et les deux portes d’origine subsistent : la porte sud avec sa porterie et la porte nord en très mauvais état. Le site est installé sur d’anciennes caves d’extraction de pierre de tuffeau, qui furent ensuite utilisées comme granges, étables et champignonnière au XXème siècle.

Plan de l'abbaye

1. Église abbatiale

Située au point le plus haut du site, sur le versant nord du cloître, il n’en reste que quelques vestiges. Elle était longue de 57 mètres et large de 20m.

2-3-4. Le bâtiment des moines

Au rez-de-chaussée on peut déceler les vestiges au sol de la sacristie, la salle capitulaire, du parloir et d’une salle des moines, ainsi que du départ de l’escalier vers le dortoir des moines qui se trouvait au premier étage.

5. Grand Pavillon ou logis abbatial :

Construit sans doute au début la du XVIIIème siècle pour abriter le noviciat cistercien pour la région.

6-7. Aile méridionale :

Il n’en reste une belle salle voûtée au niveau des caves. Dans le prolongement se trouvait sans doute le chauffoir. On y trouve aussi quelques caves (bûcher, cellier).

Les bâtiments au niveau du cloître à l’étage supérieur – avec l’ancien réfectoire des moines – ont disparu.

8-9-10-11. Le bâtiment des convers :

Formant la face ouest du cloître, il était plus réservé aux fonctions économiques. Les frères convers, à qui l’on demandait plus de travail manuel étaient sensiblement séparés des moines et avaient leur propre structure monastique.

On y trouve, au niveau du cloître, de part et d’autre du passage, une grande réserve et les cuisines de l’abbaye, avec la cheminée et le passe-plat. Le grand pressoir du XVIIIème siècle se trouve actuellement sous abris au nivaux des caves.

L’étage du bâtiment constitue l’immense dortoir des convers, dont la charpente date de 1274, et qui a gardé son escalier d’origine. Au sud se trouve un bâtiment en appentis datant également du XIIIème mais remanié au XVIème, qui a pu servir un temps de logement au prieur de l’abbaye.

 

Les travaux nécessaires à la sauvegarde de l’abbaye

C’est d’abord les travaux d’urgence pour ne pas laisser écrouler ce qui reste encore debout, puis les travaux d’aménagement pour une ouverture au public.

Le premier projet à réaliser dans les plus brefs délais est la consolidation de la charpente 13e,  qui s’affaisse en s’écartant et qui se penche de plus en plus. Dans un deuxième temps il faudra découvrir des parties du toit pour réparer des sablières extérieures. Puis il faudra réparer le sol, faire des fenêtres et l’éclairage pour rejoindre le projet du département de l’Indre et Loir pour devenir un lieu d’exposition en lien avec le CCCOD de Tours.

 

P1110827

Le deuxième projet, presque aussi urgent, est la restauration de la salle basse voutée dans l’aile sud.Une partie des voûtes est actuellement étayée.

 

DSC08962

Le troisième projet d’urgence est la réparation du portail nord, qui va certainement être réalisé en premier, car il serait dommage de perdre cet élément.

Puis il faudra assainir le mur d’enceinte envahi par des coulées de boues successives et qui  risque de s’écrouler.

DSC_8394   DSCN3036 

 

 

Le projet culturel associé à l’abbaye de Notre-Dame de la Clarté-Dieu

L’abbaye ouvre ses portes pour accueillir des manifestations musicales ou théâtrales et aussi des conférences et des expositions d’art. Nous espérons aussi développer le projet de résidences d’artistes.

Nous aimerions poursuivre toutes ces activités et après la restauration de la charpente et l’aménagement de l’espace ainsi créé, rejoindre le projet du département de l’Indre et Loire, pour devenir un lieu permanent d’exposition en liens avec le Centre de Création Contemporaine Olivier Debré de Tours.

Pour développer les propositions touristiques, un nouveau projet de la Route de Bueil voit le jour. Ce circuit reliera les sites qui appartenaient ou étaient en lien avec cette Famille.  La Clarté Dieu participe à ce projet.

La poursuite des travaux permettrait d’éviter l’écroulement des vestiges, mais aussi l’aménagement des lieus, comme la salle basse en lien avec la carrière souterraine, pour continuer de développer  l’activité touristique et culturelle.

 

Faire un don

Entrez le montant du don

Faire un don

Partager la campagne

Spread the word about this campaign by sharing this widget. Copy the snippet of HTML code below and paste it on your blog, website or anywhere else on the web.

Code à copier

<iframe src="https://mecenatmh.fr/campaigns/abbaye-notre-dame-de-la-clarte-dieu/?widget=1" width="275px" height="480px" frameborder="0" scrolling="no" /></iframe>